Art/Work

L’Agence de développement des Alpes de Haute-Provence et la Route des saveurs et des senteurs

Parcours d’œuvres sur le territoire des Alpes-de-Haute-Provence du 1er avril au 31 octobre 2021
En partenariat avec le conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence et l’Université européenne des saveurs et des senteurs

John Deneuve / Apior 04210 Valensole *
Mathieu Schmitt / Ciel d’Azur 04300 Mane
Olivier Grossetête / Les Comtes de Provence 04310 Peyruis *
Pascal Simonet / Cueilleur de Douceurs 04300 Mane
Michel Blazy / François Doucet Confiseur 04700 Oraison *
Julia Scalbert / Perl’Amande 04700 Oraison *
Ymane Fakhir / Perl’Amande 04700 Oraison *
Baptiste Croze / Terre d’Oc 04700 Villeneuve * (seulement les vendredis et samedis de 10h à 18h)
Françoise Gimenez / 04300 Forcalquier

* Suite aux mesures sanitaires en vigueur, ces boutiques de la Route des saveurs et des senteurs restent ouvertes en avril 2021. Nous vous conseillons de contacter les entreprises en amont de votre visite.

L’Agence de développement des Alpes-de-Haute-Provence et le Frac s’associent en 2021 afin de permettre à des initiatives économiques locales et à l’art contemporain de se retrouver sur un terrain de rencontre commun, et de partager leurs expériences avec le public.

Ymane Fakhir, Handmade, 2011-2012.
Collection Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur.
© Adagp, Paris.

Initiée en 2011, la Route des saveurs et des senteurs fédère à ce jour quatorze entreprises gardiennes d’un savoir-faire authentique et éthique. Devant les enjeux complexes qui s’imposent à notre société, les secteurs de l’entreprise et de l’art contemporain ont ainsi fait le choix de se rapprocher pour mieux faire valoir des projets transversaux d’envergure, offrant aux professionnels, touristes et habitants qui jalonnent ce parcours au cœur des Alpes-de-Haute-Provence, une véritable rencontre avec l’art contemporain. Forts de cette première expérience grâce à la diffusion des œuvres de la collection du Frac, un projet de résidences d’artistes viendra confirmer cet engagement des entreprises locales auprès de la jeune création contemporaine.
Afin de mieux comprendre les enjeux d’un tel projet, nous avons posé quelques questions au directeur de l’Agence de développement des Alpes-de-Haute-Provence, Julien Martellini.

Cécile Coudreau : Pourriez-vous nous rappeler succinctement dans quel contexte ce regroupement de quatorze entreprises a vu le jour, ainsi que les différentes retombées qui ont pu avoir lieu sur le territoire depuis la création de la Route des saveurs et des senteurs ?

Julien Martellini : C’est une initiative privée organisée par des industriels et producteurs locaux soucieux de valoriser au mieux leurs produits et leurs savoir-faire et de les inscrire fièrement dans un itinéraire local. Un circuit touristique est né, permettant à tous de venir vivre au cœur des sites de fabrication une expérience unique !

Cécile Coudreau : L’innovation et l’engagement sociétal dans les entreprises impliquées dans ce parcours font-ils déjà l’objet d’un dialogue avec les artistes contemporains, ou bien est-ce un projet totalement inédit ? Si tel est le cas, comment a-t-il été imaginé ?

Julien Martellini : Nous avons en effet affaire à des entreprises engagées, ouvertes, qui partagent des valeurs et un même esprit d’authenticité, d’hospitalité, de respect et de protection de leur territoire. Il s’agit d’un projet totalement inédit proposé dans le cadre du dixième anniversaire de cette Route désormais emblématique des Alpes-de-Haute-Provence.
Il a été imaginé en concertation avec la Direction de la Culture du conseil départemental, l’Agence de développement, l’UESS, les représentants de la Route des senteurs et des saveurs, et bien évidemment mis en œuvre avec le soutien du Frac sans qui rien n’aurait été possible.

Cécile Coudreau : À votre avis, en quoi la présence d’œuvres contemporaines dans les entreprises locales peut-elle rencontrer de façon pertinente les enjeux des entreprises participant au projet ?

Julien Martellini : L’intérêt de ce projet est multiple : d’abord il offre aux entreprises et à leurs collaborateurs une ouverture exceptionnelle sur le monde de l’art contemporain. C’est une démarche originale qui doit fédérer les équipes et développer leur culture d’entreprise. C’est également pour ces PME fédérées sur cet itinéraire touristique une formidable opportunité d’accroître leur visibilité auprès d’un public curieux de découvrir ce savant mélange entre l’art et l’entreprise ! Enfin, c’est aussi pour ces jeunes créateurs l’opportunité d’exposer leurs œuvres à un nouveau public, dans des lieux insolites.

Cécile Coudreau : Comment justement vous représentez-vous cette opportunité – l’alliance de l’entrepreneuriat et du savoir-faire local avec l’art contemporain – à l’échelle des attentes des publics qui jalonnent déjà cette route ?

Julien Martellini : L’art et la culture participent de notre point de vue à l’attractivité et au rayonnement des territoires.
Ce parcours est une très bonne façon d’allier découverte culturelle et plaisir des sens ! L’ambition de ces entreprises, c’est d’inviter à la découverte, à la curiosité, à l’ouverture vers les secrets et mystères de savoir-faire souvent ancestraux. Nous sommes impatients d’apprécier comment ce mariage avec la jeune création contemporaine va s’opérer… Nous sommes convaincus que ce sera une réussite pour le plus grand plaisir des visiteurs.