Vincent Pajot

Observer l’observatoire

Dans le cadre de la programmation du Frac en région
En partenariat avec le Centre d’Astronomie de Saint-Michel-l’Observatoire et l’Observatoire des Sciences de l’Univers (OSU) Institut Pythéas (CNRS, AMU, IRD)
Avec le soutien du département des Alpes de Haute-Provence

De la fascination de l’artiste pour des phénomènes complexes liés aux sciences de l’Univers, rarement perceptibles à l’œil nu, Vincent Pajot propose une interprétation plastique et schématise pour rendre visible l’invisible, la démesure palpable. Au Centre d’astronomie de Saint-Michel-l’Observatoire, l’artiste porte son dévolu sur les instruments qui nous permettent d’appréhender l’immensément grand, instruments pouvant parfois se déployer sous forme de micro-architectures. La rencontre avec Vincent Pajot et Pierre Henriquet, médiateur scientifique et conférencier, rendra accessible à tous des phénomènes complexes tels que les trous noirs le 23 juillet prochain à 19h30.

Sidérostat, Centre d’astronomie de Saint-Michel-l’Observatoire
©Vincent Pajot

Grâce au soutien du département des Alpes de Haute-Provence au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur au cours de cette troisième année consécutive, le Centre d’astronomie de Saint-Michel l’Observatoire met à l’honneur cet été les arts plastiques par le biais d’une résidence de création co-construite avec le Frac et l’Observatoire des Sciences de l’Univers (OSU) Institut Pythéas (CNRS, AMU, IRD).

De la fascination de l’artiste pour des phénomènes complexes liés aux sciences de l’Univers, rarement perceptibles à l’œil nu, Vincent Pajot nous en propose une interprétation plastique. Dans ses œuvres, l’artiste schématise pour rendre visible l’invisible, la démesure palpable. Pour cette résidence au Centre d’astronomie de Saint-Michel-l’Observatoire en collaboration avec l’Observatoire des Sciences de l’Univers (OSU) Institut Pythéas (CNRS, AMU, IRD), il n’a que l’embarras du choix et porte son dévolu sur les instruments qui nous permettent de mieux appréhender l’immensément grand, instruments pouvant parfois se déployer sous forme de micro-architectures pour surmonter l’ampleur de la tâche !

C’est à travers les œuvres produites au cours de sa résidence, sous la forme filmique et sculpturale, l’artiste mettra en lumière les spécificités techniques du matériel employé par les scientifiques, notamment les enjeux prépondérants de la recherche.

Véritable terrain de jeux et d’échanges pour l’artiste, cette résidence de production fait l’objet d’une intervention parallèlement à la présentation d’œuvres produites à cette occasion le 23 juillet, en introduction des Nuits astro. Entre Vincent Pajot et le médiateur scientifique/conférencier Pierre Henriquet un dialogue entre deux disciplines s’instaurera afin d’aborder de manière accessible des phénomènes scientifiques complexes comme le sont par exemple les trous noirs.