Ramiro Guerreiro

Le Geste de Phyllis

« Dans l’architecture, le dessin est un dessein. Pour ce projet, au contraire, le dessein est le dessin. » Ramiro Guerreiro

Dans les œuvres qu’il développe depuis les années 2000, Ramiro Guerreiro travaille de manière critique la relation entre le corps, l’espace et l’architecture. Il privilégie les installations in situ et mêle dans sa pratique le dessin, la performance, la vidéo, les multiples – avec ou à partir d’objets documentaires. Recourant parfois à une attitude ironique à l’égard de la réalité urbaine environnante, ses propositions visent à étudier d’autres modalités pour habiter et penser les villes et leurs éléments constitutifs. Ramiro Guerreiro explore empiriquement la manière dont l’architecture et la politique urbaine conditionnent nos façons de voir, d’être et de sentir, et cherche à contrecarrer les mécanismes invisibles de contrôle.

À partir des expériences modernistes du 20e siècle, comment peut-on penser l’urbanisme et l’architecture actuelle ? La proposition de Ramiro dialogue avec l’espace du Frac et s’appuie sur le témoignage de Phyllis Lambert, complice de Mies van der Rohe et observatrice privilégiée sur plusieurs décennies de l’évolution de l’architecture et des politiques urbaines.

Biographie

Ramiro Guerreiro est né en 1978 à Lisbonne où il vit et travaille. Il a régulièrement exposé au Portugal, notamment au Museu de Serralves, Porto, ou au CAM, Calouste Gulbenkian Foundation, Lisbonne. Il a bénéficié de résidences au Künstlerhaus Bethanien, Berlin, à la Casa Velazquez, Madrid et au Palais de Tokyo dans le cadre du programme Le Pavillon, Paris. En France il a également été accueilli au Château de Servières à Marseille en 2013 pour une résidence et une exposition personnelle