Pascal Grimaud

Le temps présent, journal

Commissaires de l’exposition : Soraya Amrane et Pascal Neveux

En partenariat avec le Musée d’art et d’histoire de Tarascon et le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, Studio Aza, Zoème éditions, Origa Group.

Espaces ruraux, images des marges que les grands axes urbains, à force d’encadrer le domaine de la représentation, tendent à dérober au regard. Cette exposition rassemble documents d’archives, tirages de lecture, notes autobiographiques, tirages d’exposition, images collectées, et tente de restituer la dimension imaginaire, c’est-à-dire créative, que le photographe entretient avec l’objet de ses images. Entre rêverie et rigueur documentaire, Pascal Grimaud donne ici à voir la présence du temps à l’œuvre. « Se lancer dans une exploration ethnologique et photographique des villages des Bouches du-Rhône aujourd’hui, c’est donc une nouvelle fois faire le pari que l’expérience sensible du proche pourra nous ouvrir à l’universel. C’est essayer de comprendre ce qui est resté du village d’antan, mais aussi ce qui s’est passé avec le temps. C’est aller à contretemps, à contre-lieu, quêter le grain de la modernité dans la mémoire des pierres. En ethnologue, c’est tenter de saisir la singularité d’espaces transformés, brassés, mais qui demeurent. En photographe, peut-être faire advenir un regard neuf sur ce qui a changé (...). »

Laurent Sébastien Fournier

  • plateau expérimental

    20 Boulevard de Dunkerque

    13002 Marseille

Les podcasts du Frac

Ressources éditoriales et multimédia
Sixième plateau
Sixième plateau
Pascal Grimaud est photographe. Pour Le Temps Présent, l’exposition qu’il présente au Frac du 7 octobre au 8 novembre 2017, Pascal Grimaud est retourné sur les terres de son enfance. A Eygalières, un petit village tranquille à une heure de Marseille, face à de vastes champs d’oliviers et aux superbes paysages des Alpilles. Un village comme il en existe mille autres en France, pas trop loin de la ville mais pas à côté non plus. Où le temps est lent, où l’on s’ennuie parfois mais où il fait bon grandir. (...)