Opale Mirman | Angela Detanico et Rafael Lain

Expositions et résidence

Dans le cadre de la programmation du Frac en région et d’un partenariat entre la Drac, le Frac, les Amis de Ceillac et l’Association culturelle sociale et sportive du Queyras.
Rouvrir le Monde, un dispositif de la Drac Provence-Alpes-Côte d’Azur dans le cadre de l’été culturel 2022 du ministère de la Culture.

En mettant au goût du jour mythes et légendes par le biais d’histoires transmises de génération en génération, les artistes invités à Ceillac abordent l’actualité. L’activation de l’œuvre Danaé d’Angela Detanico et Rafael Lain, récemment acquise par le Frac, prend une nouvelle dimension dans ce lieu solennel et empreint d’histoire. La performance de la jeune artiste Opale Mirman conçue suite à un travail de résidence avec les habitants complète l’exposition.

Opale Mirman, Travail en cours pendant la résidence de création de l’artiste à Ceillac, 2022
© Opale Mirman

Pour cette dernière année de partenariat entre le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur et les Amis de Ceillac, les deux structures se rapprochent de l’Association Culturelle Sociale et Sportive du Queyras pour proposer une résidence d’artiste sur le territoire en plus de l’exposition d’une œuvre vidéo issue de la collection du Frac dans l’église Sainte-Cécile qui surplombe la commune.

En remettant au goût du jour certains mythes et légendes, les artistes invités abordent l’actualité. D’une part, l’activation de l’œuvre de Danaé d’Angela Detanico et Rafael Lain, faisant partie d’un corpus d’œuvres autour des Métamorphoses d’Ovide, prend une nouvelle dimension dans ce lieu solennel empreint d’histoire. Avec leur singularité de plasticien et graphiste, ils proposent une interprétation contemporaine du mythe de Danaé. Alors tenue prisonnière, Zeus la rejoint sous la forme d’une pluie d’or. De cette union naît leur fils, Persée. Matérialisé sous forme de lettres dorées défilant sur un drapé, cet épisode de la mythologie est ici chorégraphié, convoquant de manière symbolique les éléments naturels qui composeraient la scène : la pluie, la nuit, la lune.

D’autre part, la performance de la jeune artiste Opale Mirman, conçue suite à un travail de résidence avec les habitants du Queyras, complète cette proposition d’exposition.

Alliant plasticité et performance, l’artiste s’inspire de traditions, rituels et folklores d’origines diverses pour créer sa propre narration. Ses recherches prennent la forme d’installations semblables à des décors où des céramiques reposent. Tel des reliques, ses sculptures racontent des fragments d’histoires dans lesquelles des figures féminines mythologiques, vivant en communauté, protègent tantôt des sources d’eaux magiques, tantôt des roses fantastiques à double tête.

En miroir de l’installation vidéo Danaé présentée dans l’église, l’artiste s’est tournée vers un autre mythe empreint de métamorphose, celui de Mélusine. Figure de la fée bâtisseuse, émancipatrice, elle se change tous les samedis. Mi-femme, mi-serpent, elle enfante dix êtres tout aussi hybrides.

En découle une série de céramiques réalisée par l’artiste dans l’atelier de Céline V, créatrice céramiste à Ceillac, ainsi qu’une série de drapeaux dessinés emprunts de multiples symboles qui composeront en partie la procession organisée par l’artiste le jour du vernissage. Les vestiges seront exposés dans l’église et aux alentours une fois l’inauguration passée.

Église Sainte-Cécile, 05600 Ceillac
Ouvert tous les jours de 17h à 19h, sauf le dimanche.
Entrée libre.

Les œuvres de la collection du Frac dans l’exposition