La colère de Bouosc et le chagrin d’Aïga

Artiste invitée : Faustine Reibaud-Nicoli

Dans le cadre de la programmation du Frac en région et du programme d’éducation à l’environnement du Parc naturel régional des Préalpes d’Azur.

Un projet mené du 28 mars au 7 avril à l’école primaire Jules Verne de Bonson et du 16 au 25 mai à l’école primaire Groupe scolaire du Soleil, Roquestéron. Premières projections des courts métrages le 21 juin à 14h à la halle Saint-Jean de Roquestéron et à 18h à la salle du Moulin de Bonson.

Passage d’un monde à un autre, immersion dans la forêt profonde à la recherche de personnages fabuleux, tel est le scénario proposé par l’artiste Faustine Reibaud-Nicoli aux élèves de cinq classes des écoles de Bonson et Roquestéron. Invitée dans le cadre du nouveau partenariat entre le Frac et le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur, l’artiste a imaginé un projet à l’échelle des deux écoles autour de la thématique de l’appel de la forêt.

La colère de Bouosc et le chagrin d’Aïga prennent la forme de deux courts métrages reliant les enfants à leur environnement. En axant le scénario sur l’écosystème, l’Histoire des villages et en créant des liens avec les interventions scientifiques prévues en parallèle dans les écoles, l’artiste propose aux élèves un scénario alliant onirisme, fiction, et points de vue documentaire. Tournages de séquences en extérieur, captations sonores, créations de décor et accessoires, les élèves ont pris part à toutes les étapes et découvert pas à pas les secrets qui se cachent derrière la réalisation d’un film.

En lien étroit avec l’histoire des lieux et afin de permettre aux enfants d’ouvrir une réflexion sur l’équilibre entre les forces humaines et naturelles, l’artiste s’est imprégnée de faits réels pour construire le scénario des courts métrages. Les allégories d’Aïga et Bouosc figurent respectivement la colère de l’incendie de 1992 de Bonson, qui nous revient en mémoire à travers les habitants qui ont collaboré au film des enfants, et l’équilibre précaire et étroit entre l’eau et la forêt à Roquestéron.

Les deux courts métrages font l’objet d’une projection dans la commune de Cipières le 25 septembre 2022 lors de la Fête du Parc des Préalpes, l’occasion de mettre en lumière le projet et d’évoquer le partenariat triennal engagé entre le Parc et le Frac autour de projets éducatifs mêlant d’invitations à des artistes et circulation des outils nomades du Frac.