La Semaine de la pop philosophie

Rires, chansons et philosophie

En partenariat avec Les Rencontres place publique.

14h30, La Risata continua de Gino de Dominicis avec Eric Mangion, commissaire d’exposition et théoricien de l’art.
15h30, Yue Minjun : le tigre hilare avec Anny Lazarus, historienne de l’art, suivi d’un échange avec Sylvie Coellier, écrivaine et critique d’art.
16h30, Le rire dans la peinture avec Francesca Alberti, historienne de l’art, suivi d’un échange avec un.e critique d’art.

​Les Rencontres Place Publique, crées en 1994 par Jacques Serrano portent aujourd’hui la semaine de la Pop Philosophie, et ont initialement convoqué des intellectuels français et étrangers afin de leur proposer d’activer dans le champ de l’art les systèmes de pensée propres à leur discipline – sociologie, philosophie, sciences politiques… Dans les années 70, le concept de « pop’philosophie » a été proposé par le philosophe Gilles Deleuze, pour qui la pratique de la philosophie ne se fondait pas uniquement sur des savoirs classiques et académiques, mais s’envisageait à partir d’un référentiel hétérogène puisant tout aussi bien dans les films de série B que dans les oeuvres des écrivains de la beat génération. La « Semaine de la Pop philosophie » crée en 2009 par Jacques Serrano, renvoie aujourd’hui à un moment de la philosophie qui s’empare de nouveau d’objets de la pop culture et de la culture médiatique. Bien plus qu’un style, une méthode ou un champ de recherche constitué, la Pop philosophie est une injonction à jouer le jeu même de la philosophie. « La Semaine de la pop philosophie est un festival de philosophie qui bénéficie depuis sa création en 2009 d’une reconnaissance exceptionnelle de la part du monde de la philosophie, et de nombreux acteurs et médiateurs de la pensée contemporaine en France et à l’étranger. La vocation de la Semaine de la pop philosophie est de révéler, soutenir et accompagner un nouveau moment de la philosophie qui se manifeste, chez de nombreux philosophes, par la volonté de créer des concepts à partir d’objets issus de la pop culture et de la culture médiatique. Enfin, ce festival est le seul dans le champ de la création artistique et intellectuelle qui partage et défend avec de plus en plus d’économistes l’idée selon laquelle ce sont désormais les capacités à produire des concepts qui constituent les fondamentaux de l’économie de demain. »

Jacques Serrano