Clarisse Hahn

Los Desnudos

Une œuvre de la collection du Frac. Projection vidéo, 13 min.
Cette exposition fait partie de la programmation satellite des Rencontres d’Arles dans le cadre du Grand Arles Express.

Les visites des expositions se font sur réservation du 21 mai au 4 juillet pour le respect des conditions sanitaires.

Los Desnudos, c’est un groupe de 400 paysans mexicains que le gouvernement a chassés de leurs terres. Ils réclament justice depuis des années, mais personne ne fait attention à eux, comme s’ils n’existaient pas. Ils ont alors réfléchi à une nouvelle forme de lutte, pour mettre fin à cette indifférence : ils manifesteront entièrement nus dans les rues de Mexico, deux fois par jour, jusqu’à obtenir gain de cause.

Clarisse Hahn est artiste et réalisatrice. Ses travaux prennent pour point de départ une problématisation des ambivalences de l’image documentaire. Les tensions qui se jouent entre ceux et celles qui occupent la surface de l’image et l’œil qui les regarde constituent le cœur de la réflexion de Clarisse Hahn, déclinée à travers des stratégies visuelles qui impliquent à la fois l’appropriation et la production d’images documentaires. La projection de Los Desnudos au Frac dans le cadre du Grand Arles Express vient prolonger l’exposition personnelle consacrée à Clarisse Hahn par les Rencontres d’Arles cet été 2021.

Los Desnudos est l’un des trois films de la série Notre corps est une arme réunissant des individus qui affirment le corps comme lieu de résistance politique et sociale. Los Desnudos évoque en particulier l’image du corps colonisé et sa réappropriation de la part du sujet indigène. Nous sommes en 2009. Un groupe d’hommes et de femmes manifestent depuis des mois, nus dans les rues de Mexico, affublés en guise de cache-sexe de slogans et de portraits des hommes politiques auxquels s’adresse leur lutte. L’une des femmes raconte cette lutte des paysans indios ou sangs mêlés qui exigent le respect d’un accord signé par le gouvernement mexicain visant la restitution de terres dont ils ont été spoliés.
Campant dans un parking situé au cœur d’un quartier chic de la ville de Mexico, les manifestants ont occupé l’espace public pendant trois ans, défilant tous les jours pour finalement obtenir une réparation après vingt années de spoliation.